Accueil > Numéros thématiques > Formes brèves et modernité > How long is now. Street (...)

How long is now. Street Art and Vanity

Edwige Comoy Fusaro

[Publication en ligne : 15 juillet 2019]

Résumé : Le Street Art est ici défini comme mouvement majeur de l’art contemporain caractérisé par une pratique auto-autorisée dans l’espace public, dont les œuvres, adressées à un large public, sont vivantes, exposées à la détérioration et donc souvent éphémères. Le Street Art est un art de l’hic et nunc et non un art de conservation : la défiguration et la mort des œuvres fait partie de leur réalité d’art vivant, de leur beauté et de leur intérêt. Il renouvelle ainsi le genre des Vanités, car les œuvres de Street Art ne se contentent pas de représenter la fuite du temps mais portent la périssabilité dans leur forme même. Paradoxalement, c’est un art spéculaire des sociétés riches des vingt dernières années, qui stigmatise le consumérisme mais le stimule en même temps par son caractère intrinsèquement périssable. Il est par ailleurs la meilleure expression artistique du paradigme contemporain.

Mots-clés : art contemporain, street art, graffiti, urban art, art in situ, présentisme, vanités.

Abstract:In this paper, Street Art is defined as a major movement of contemporary art characterized by a self-authorized practice in the public space. It consists of works addressed to a large audience, exposed to natural decay or intentional deterioration : the works are living, therefore often short-lived. Street artworks are new vanities, which not only represent the passage of time, but also express it in their forms themselves. It is also a product and a reflection of the current time, because, being short-lived, it paradoxically stimulates consumerism and values the hic et nunc.

Keywords : contemporary art, street art, graffiti, urban art, site-specific art, presentism, vanities.

Pour citer cet article : Edwige Comoy Fusaro, « How Long Is Now. Street Art and Vanity », Formes brèves et modernité, Walter Zidarič (dir.), Atlantide, n° 9, 2019, p. 15-32, http://atlantide.univ-nantes.fr

Articles dans le même numéro :

Ce que les nouveaux dispositifs d’abréviation font aux textes patrimoniaux

Patricia Eichel-Lojkine


La confrontation de la performance artistique au monde contemporain : enjeux politiques de l’immédiateté et de la brièveté dans les performances de La Ribot

Pauline Boivineau


Le bref ou l’écriture juste dans Ein ganzes Leben (2014) de Robert Seethaler

Bénédicte Terrisse


“Freud, or Jung, or one of those johnnies, had a case exactly like my uncle’s” : Case Narratives, Pretheorisation, and Formal Hybridity in May Sinclair’s short fiction

Leslie de Bont


Geography, memory and identity in Alice Munro’s The View From Castle Rock

Chiara Licata


La Nouvelle américaine contemporaine face au bref. À propos de David Foster Wallace et William Gass

Sigolène Vivier


La modernité des Proverbes Moraux de Sem Tob. Approche diachronique

Edwige Callios


La contemporanéité de la forme brève dans les récits de Valeria Parrella

Irena Prosenc


Language contacts and greetings : some Croatian examples

Vesna Deželjin


Exploring the gestural meta-brevity by means of the italian Gestibolario entries analysis

Claudio Nobili


From the ideal to the real : a pedagogical approach to managing tourist expectations with the ‘myplace4u’ tool

Chris de Marco & Christine Evain


Enjeu de la forme, effet de la brièveté : le droit dans ses nouvelles expressions (live-tweet, fiction cinématographique et websérie judiciaire)

Ninon Maillard


Volume intégral - Formes brèves et modernité

Walter Zidarič