Accueil > Numéros thématiques > Formes brèves et modernité > Ce que les nouveaux dispositif

Ce que les nouveaux dispositifs d’abréviation font aux textes patrimoniaux

Patricia Eichel-Lojkine

[Publication en ligne : 10 juillet 2019]

Résumé : Lorsque Michel de Certeau écrivait dans les années 1980 que le lecteur « ne prend ni la place de l’auteur ni une place d’auteur », mais qu’il a tout de même un rôle actif en ce qu’« il invente dans les textes autre chose que ce qui était leur “intention” », qu’« il les détache de leur origine (perdue ou accessoire) », qu’« il en combine les fragments », il ne pouvait avoir à l’esprit les dispositifs d’écriture collaborative, de réécriture sélective et de lecture hypertextuelle tels que les ont mis en œuvre certains cybertextes. Et cependant, ses intuitions ouvraient la voie aux analyses sur les différents régimes de lecture, sur les mutations du livre et de notre rapport au livre (Blair, Citton, Hayles, Bon, Vandendorpe, Saemmer, Belisle, Tréhondart…). Il est nécessaire de rappeler ces recherches sur les stratégies adoptées par l’activité liseuse avant de nous pencher sur des dispositifs de lecture numérique proposant, dans un contexte pédagogique, des fonctionnalités d’enrichissement des textes comme la sélection et l’archivage de citations.

Mots-clés : régimes de lectures, citation, cybertextualité, livre enrichi, versions abrégées.

Abstract : When Michel de Certeau wrote in the 1980’s that the reader “does not take the author’s place nor an author’s place”, but that he plays an active part though, as he “imagines in the texts something else than what was their so-called intention”, “detaches them from their origin (which could be a lost or secondary one)”, “combines pieces of them”, Certeau could not have in mind the collaborative, selective writing modes nor the hypertextual reading uses such as those that have been implemented by some cybertexts. Yet his hunches paved the way for studies on the various modes of reading, on the current evolution of books and on our relationship to books (Blair, Citton, Hayles, Bon, Vandendorpe, Saemmer, Belisle, Tréhondart…). It is necessary to remind these insights on the strategies of the reading activity before we look at a specific devices currently tested in pedagogical contexts. These softwares offer interesting functionalities enabling the reader/pupil to select quotations, to keep and share them.

Keywords : modes of reading, cybertext, abridged versions, quotation, enriched text.

Pour citer cet article : Patricia Eichel-Lojkine, « Ce que les nouveaux dispositifs d’abréviation font aux textes patrimoniaux », Formes brèves et modernité, Walter Zidarič (dir.), Atlantide, n° 9, 2019, p. 6-14, http://atlantide.univ-nantes.fr